TAP Rennes

La deuxième rencontre de la dynamique TAP s’est déroulée en février 2018 à Rennes dans les locaux du Laboratoire Artistique Populaire.

Lors de la première rencontre de Travail, Amis, Party !, trois axes de travail avaient émergé de nos réflexions. Pour la seconde rencontre, nous avons proposé de travailler et d’approfondir ces axes de réflexions à travers différents ateliers proposés durant trois jours. L’idée étant de travailler des propositions d’expérimentations issues de nos échanges et réflexions.

Mais TAP, c’est quoi ?

Durant TAP#2 qui a eu lieu à Rennes, les participant.e.s ont essayé de répondre à deux questions via un travail de brainstorming  :

  • Qu’est-ce que TAP ?
  • Quelles attentes, intentions, envies avez-vous vis-à-vis de TAP ?

Après que chaque groupe ait terminé de créer son affiche, l’ensemble des productions était présenté par chaque groupe durant un temps de restitution dédié à favoriser l’échange entre les participants et de débattre sur de possibles questionnements, comme ce fut le cas lors de tous les temps de restitution qui clôturaient également les temps d’activité.

Plusieurs définitions de TAP sont ressorties à l’issu de ces échanges :

« TAP, c’est un rassemblement organisé d’expérimentations collectives et puis de toute façon on rigole, on s’amuse et on refait le monde »

« TAP c’est un espace qui permet de se connaître, de réfléchir et de s’organiser en se donnant un cadre légitime d’action politique »

Plusieurs utilités ont été trouvées par les participants à l’organisation de ces rencontres : transformer la réflexion individuelle en réflexion collective et/ou aller vers une volonté d’agir sur l’action publique.

Suite à la restitution, l’ensemble des productions a été affiché sur un grand mur, de sorte que chaque participant présent ou arrivant en cours de session puisse y avoir accès.

La suite de TAP #2

Réflexion séquencée autour de 2 questions :

  • Qu’est-ce que le travail ?
  • Qu’est-ce que l’engagement ?

A l’issue de cette activité, un temps de restitution était organisé pour permettre à chaque groupe thématique de présenter la définition qu’il avait construite collectivement et d’échanger avec les participants qui n’avaient pas travaillé sur cette question (voir ci-dessous) :

Le travail : est une production individuelle ou collective vecteur d’émancipation et de reconnaissance sociale, construite autour de savoir-faire techniques et/ou théoriques, qui se différencie de l’emploi lié au statut sociétal qui correspond aux obligations et à l’aspect financier.

L’engagement : est une mise en mouvement individuelle et /ou collective pour manifester ses idées et qui participe aux transformations du contexte.

Suite aux précédentes réflexions menées sur le travail et l’engagement, les participants devaient se positionner en groupe sur 4 textes traitant de ces questions. L’objectif était que chaque participant se répartisse une partie du texte, la lise, et restitue ensuite à son groupe ce qu’il en a compris ou ce qui l’a marqué à l’aide de 2 post-it de couleur différente (une couleur pour représenter une phrase choque et une couleur pour représenter une phrase qui résume la partie lue). Une fois les post-it rédigés, ces derniers étaient placés sur un paper-board de sorte à structurer la réflexion et résumer en un schéma le texte étudié. Un temps de restitution finale était ensuite organisé pour présenter le texte lu et la réflexion menée par les participants. Il s’agissait une fois encore d’un temps d’échange entre l’ensemble des participants destiné à faire émerger des questions, des analyses au regard du sujet ou d’un autre texte étudié et ainsi orienter le débat.

La deuxième partie de la rencontre était dédiée à l’alimentation et à l’approfondissement des trois axes de travail définis durant la première rencontre. Voici les éléments réflexifs :

AXE #1 : ÉDUCATION
Au travers de cet axe, les participant-e-s ont souhaité interroger l’impact que pouvait avoir l’école sur les parcours professionnels, sur le rapport  au travail et à l’engagement des enfants et des jeunes. Ainsi, ils ont souhaité interroger les normes et la construction sociale autour de ces questions.  Plusieurs, questionnements ont donc émergé de ces échanges tel que l’idée de faire des propositions à des établissements scolaires de l’éducation nationale afin d’expérimenter ce que les jeunes puissent « se tester, de trouver sa place » dans le monde du travail par des liens avec des organisations de l’ESS. L’idée était également de déconstruire les critères d’utilité pour interroger les normes sociétales liées au travail. Pour cela, il y avait un souhait de faire le lien entre l’école et l’éducation pop et donc favoriser la complémentarité.  Enfin, il était question de bien faire la distinction en le travail et l’employabilité pour bien aborder ces questions et le contextualiser dans un cadre politique global, social, économique. Cet axe de travail permettra de faire des propositions sur la complémentarité entre le secteur jeunesse, éducation populaire et l’éducation nationale, comment le rapport au travail et à l’engagement pour les enfants et les jeunes pourrait être interrogés dans le cadre de l’école et hors l’école.

AXE #2 : LIEUX / ESPACES
Les lieux et les espaces sont devenus nécessaire aux yeux des participant-e-s de TAP. En effet, les espaces d’expérimentation de l’innovation sociale sont au cœur des réflexions. Ainsi, l’idée de développer et d’acquérir un local, un lieu, identifié comme structure d’accueil est avancée. Cette proposition est à articuler avec des propositions complémentaires comme le fait d’avoir la liberté d’utilisation des espaces et de les partager à l’externe. De même, pour faciliter le développement des organisations qui cherchent à innover, la proposition d’avoir un groupement d’employeurs au sein d’une collectivité est formulée, et donc la mutualisation de poste, d’outils supports, de compétences, etc. Avec cet axe de travail, nous parlerons des projets de lieux et/ou d’espaces afin d’accueillir, de développer, d’expérimenter. La question de la mutualisation des moyens entre les organisations et de manière générale le développement des organisations à travers un lieu physique.

AXE #3 : ÉMANCIPATION / STATUTS
Dans cet axe de travail, l’idée principale est d’interroger nos statuts vis-à-vis du travail et de proposer des innovations qui permettraient de s’émanciper et de répondre nos attentes vis-à-vis de nos engagements. Ainsi, plusieurs dimensions sont interrogées telles que la liberté de changer d’activité professionnelle avec dégagements de revenus et donc le financement de la transition, la flexisécurité, la passerelle entre diplômes et expériences. De même, la reconnaissance des activités d’engagements (hors emploi). Cela interroge la libération vis-à-vis de la primauté du statut et donc pour une réciprocité entre activité et statut. Cet axe vise a questionner également les initiatives sociales comme le revenu universel ou une « intermittence du travail social », une intermittence pour les acteurs de l’innovation sociales. Ainsi l’exemple du modèle d’organisation communautaire (système d’intérêt généraux*) a été proposé. Les travaux d’intérêt généraux sont listés par les habitant.e.s, cela permet de proposer des formations de pair à pair, etc. Ainsi, sont partagées les expertises et pratiques à partager au-delà d’un territoire. Il y a des  échanges  et  des partages d’expériences, de modèle pédagogique, etc. Ici, c’est l’auto-organisation qui est avancée. Quels liens entre utilité perso et utilité publique.

Vous pouvez retrouver les comptes-rendus de la journée ici
Restitution rencontre fev 2018
Productions rencontre TAP2

Voici quelques retours des trois jours de rencontre en images